Nord, vous n'êtes qu'un vilain !

Certains s'interrogent sur l'expression "Nord, vous n'êtes qu'un vilain !" . L"idée m'en est venue en pastichant Charles d'Orléans  qui lui parlait dans un de ses rondels de l'hiver:  "Hiver, vous n'êtes qu'un vilain ! " que Debussy a mis en musique et j'ai eu l'heur de chanter avec le Studio Choral de l'Aisne il y a une dizaine d'années ! En voici le texte et une interprétation chorale...

Yver, vous n'estes qu'un villain,
Esté est plaisant et gentil,
En tesmoing de May et d'Avril
Qui l'acompaignent soir et main.

Esté revest champs, bois et fleurs,
De sa livrée de verdure
Et de maintes autres couleurs,
Par l'ordonnance de Nature.

Mais vous, Yver, trop estes plain
De nege, vent pluye et grezil;
On vous deust banie en essil.
Sans point flater, je parle plain,
Yver, vous n'estes qu'un villain !

Poème de Charles d'Orléans
(1394-1465)

Hiver vous n'êtes qu'un vilain(1).
Eté est plaisant et gentil,
En témoignent Mai et Avril
Qui l'accompagnent soir et ma(t)in.

Eté revêt champs, bois et fleurs
De sa livrée de verdure
Et de maintes autres couleurs
Par l'ordonnance de Nature.

Mais vous, Hiver, trop êtes plein
De neige, vent, pluie et grésil;
On vous doit bannir en exil.
Sans point flatter, je parle plain(2),
Hiver vous n'êtes qu'un vilain(1) !


(1) rustre (paysan)
(2) juste (droit)

 

Charles d'Orléans - Hiver vous n'êtes qu'un vilain

Trois Chansons III. Y ver, vous n'estes qu'un villain; - ( Claude Debussy)

Cliquez sur le bouton pour écouter le rondel

Cliquez sur le bouton pour écouter le Chant (Musique de Claude Debussy)

Charles d'Orléans (1394-1465)

Charles Ier d'Orléans, né à Paris le 24 novembre 1394 et mort à Amboise le 5 janvier 1465, duc d'Orléans, est un prince connu surtout pour ses oeuvres poétiques écrites lors de sa longue captivité anglaise. En 1415, Charles mène les armées royales contre Henri V d'Angleterre faisant retraite dans le Nord de la France. L’affrontement qui a lieu à Azincourt, tourne au désastre: la chevalerie française est battue, plus de 6 000 morts et un millier de chevaliers faits prisonniers, dont Charles d’Orléans. Il est emmené en Angleterre, où la rançon pour sa libération est fixée à 220 000 écus d’or. Ce n’est que 25 ans plus tard que cette rançon est payée et que Charles d’Orléans est libéré. Il se marie alors à Saint-Omer (Pas de Calais) avec la nièce de Philippe le Bon qui a payé sa rançon, Marie de Clèves. Elle est aussi petite-fille de Jean sans Peur, qui avait ordonné l'assassinat du père de Charles. Ce mariage scelle la réconciliation des maisons d'Orléans et de Bourgogne. Durant ses 25 ans de captivité, Charles d’Orléans écrivit des ballades, des rondeaux, des rondels…

À son retour en France, il se retire dans ses châteaux de Blois et de Tours où il se consacre à la littérature, il ouvre un cercle académique qui devient le rendez-vous de tous les beaux esprits. Dans cette arène de poètes sont organisés des tournois littéraires, le gagnant remporte le prix de la ballade et du rondeau. François Villon y passe brièvement en 1458 avant de tomber en disgrâce peu après .

 

Charles d'Orléans, en habit de chevalier de la Toison d'or

Charles d'Orléans, en habit de chevalier de la Toison d'or

Résultat de recherche d'images pour "charles d'orléans"

Il meurt à Amboise en 1465 alors qu'il vient d'assister à Poitiers à une assemblée des princes du sang et des grands féodaux. Il est inhumé en l'église du Saint-Sauveur à Blois. Le 21 février 1505, ses restes sont transférés au couvent des Célestins de Paris (avec ceux de sa famille) par son fils, le roi Louis XII.

 

 

 

le rondel

Le rondel est un poème à forme fixe, construit sur deux rimes et comportant un refrain, à l’instar du rondeau, il est son ancienne appellation. Il est composé le plus souvent de treize vers octosyllabiques, ou décasyllabiques répartis en trois strophes. Le refrain du rondel est formé de ses deux premiers vers, que l’on retrouve à la fin de la deuxième strophe, puis de son premier vers que l’on retrouve à la fin de la troisième strophe. Le rondel connu son apogée entre les XIVe et XVIe siècles. Charles d’Orléans est l’auteur de près de 400 rondeaux.

L’un de ses rondels les plus connus dans l’histoire de la poésie française est Le Printemps :

« Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye,
Et s’est vestu de brouderie,
De soleil luyant, cler et beau.

Il n’y a beste, ne oyseau,
Qu’en son jargon ne chant ou crie :
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent, en livrée jolie,
Goutte d’argent, d’orfaverie,
Chascun s’habille de nouveau.
Le temps a laissié son manteau. »

 

 

Charles d'Orléans recevant l'hommage d'un vassal

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "charles d'orléans"

Commentaires (1)

1. Michèlep (site web) 08/09/2015

ô temps suspend ton vol
et vous heures propices suspendez votre cours
goûtez ces délicieuses paroles
et prenez votre envol

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 26/05/2017